• +221 33 825 36 20
  • contact@endadiapol.org

Enda Tiers monde capitalise plus de 20 ans d’expériences dans le secteur de la pêche. En effet, pour retrouver les premières interventions d’Enda dans ce secteur il faut remonter jusque dans les années 80, avec l’organisation du premier forum sur la pêche artisanale au Cap Vert en 1984.

Depuis 2000 Enda Diapol et Enda Graf Sahel interviennent dans le secteur de la pêche à des niveaux différents. Diapol sur la prospective et les politiques de pêche et Graf sur la recherche action et l’appui des initiatives à la base. La jonction de ces deux entités d’Enda dans le domaine de la pêche est à l’origine de la création du REPAO. Les expérimentations passées relatées ci-dessous sont celles qui sont récentes et qui partent de l’année 2000.

Impacts socio-économiques et environnementaux des politiques liées aux commerce sur la gestion durable des ressources naturelles : étude de cas sur le secteur des pêches sénégalaises
Projet de restitution de l’étude sur la pêche au Sénégal auprès des acteurs à la base : Quelles mesures mettre en œuvre pour une gestion durable des ressources halieutiques ?
Le projet de mise en oeuvre de mesures de gestion et de conservation durable des ressources halieutiques au Sénégal : septembre 2002 – septembre 2003
Programme Pêche, Commerce et Environnement en Afrique de l’Ouest (PCEAO), 2003-2005 Phase I

Impacts socio-économiques et environnementaux des politiques liées aux commerce sur la gestion durable des ressources naturelles : étude de cas sur le secteur des pêches sénégalaises


Entre juin 2000- Décembre 2001, un projet d’étude portant sur les « impacts socio-économiques et environnementaux des politiques liées aux commerce sur la gestion durable des ressources naturelles : étude de cas sur le secteur des pêches sénégalaises », en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et avec la participation de plusieurs institutions nationales :

- le Gouvernement du Sénégal (ministère de la pêche, ministère du commerce, ministère de l’environnement)
- Centre de Recherche Océanographique de Dakar Thiaroye (CRODT)
- Institut de Technologie Alimentaire
- Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
- Les organisations professionnelles de pêche : le Groupement des Armateurs et Industriels de Pêche du Sénégal (GAIPES), la Fédération Nationale des GIE de Pêche du Sénégal (FENAGIE /Pêche), le Collectif National des Pêcheurs du Sénégal (CNPS)
- les ONG comme le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), l’ADPES et le CREDETIP

Ce projet avait pour objectifs :

- déterminer l’impact des exploitations dans l’aménagement du sous-secteur artisanal du Sénégal ;
- déterminer les espèces démersales à protéger et intégration de l’approche écosystémique dans la gestion des pêches au Sénégal ;
- évaluer les conséquences liées à l’évolution des accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux sur l’exploitation des ressources halieutiques (démersales, côtières en particulier).

Plusieurs activités ont été menées dans le cadre de ce projet :

- La constitution d’un Comité de Pilotage pour suivre et orienter ce projet ;
- Le regroupement d’une équipe pluridisciplinaire chargée de conduire la recherche
- La tenue d’un atelier national de lancement du projet le 20 juillet 2000 ;
- L’atelier national de restitution de l’étude pays, tenu le 03 juillet 2001, destinée à socialiser les résultats de la recherche et proposer une stratégie de mise œuvre des recommandations ;
- Une restitution et une diffusion des résultats de recherche ;
- La mise en œuvre des recommandations de l’étude dans le cadre d’un plan d’action pour promouvoir une gestion durable des ressources halieutiques au Sénégal.

Projet de restitution de l’étude sur la pêche au Sénégal auprès des acteurs à la base : Quelles mesures mettre en œuvre pour une gestion durable des ressources halieutiques ?


Ces séances de restitution font suite à l’atelier national du 3 juillet 2001 durant lequel les représentants des acteurs à la base, c’est-à-dire les pêcheurs, les femmes transformatrices et les mareyeurs ont souhaité que les résultats de la recherche soient directement partagés avec dans les principaux sites de pêche du Sénégal.

Celles-ci avaient pour objectifs de valider les résultats de l’étude auprès des acteurs à la base et de voir comment ceux-ci pourraient être associés à la mise en œuvre des mesures de gestion durable des ressources halieutiques préconisées.

Les séances de restitution de l’étude sur « les impacts socio-économiques et environnementaux des politiques liées au commerce dans la gestion durable des ressources halieutiques au Sénégal » correspondent à une mise en application réelle et inédite d’une démarche participative. Cette approche demeure très appréciée par les acteurs à la base qui demandent à être impliqué d’avantage dans le processus participatif et souhaitent être mieux informés sur les résultats des recherches réalisées sur le secteur pêche.

Cette entreprise était innovante en ce sens qu’il n’y a jamais eu auparavant d’interactions entre chercheurs et acteurs à la base sur les résultats de la recherche. Ces derniers avaient en conséquence le sentiment d’être plus des sujets de recherche que des acteurs pouvant accéder aux résultats des recherches allant jusqu’à affirmer que les informations stratégiques et pertinentes de la recherche profitent à la pêche industrielle au détriment de la pêche artisanale. Les chercheurs d’autre part ne faisaient aucun effort pour partager leurs résultats avec eux.

A la suite de ces séances de restitution, il a été produit un rapport qui a permis de constater l’existence de la diversité des acteurs à la base dans le secteurs pêche mais aussi, de réaliser, contrairement à une idée répandue, ils sont de plus en plus conscients de leur responsabilité quant à la surexploitation des ressources halieutiques du Sénégal. Il est donc primordial de les impliquer dans la réflexion et la mise en œuvre de tous les systèmes de régulation de l’effort de pêche.

Ce rapport est allé au-delà d’une simple approche descriptive pour déceler et analyser les contraintes et les obstacles qui s’opposent à une application des mesures de gestion durable des ressources halieutiques au Sénégal. Pour y parvenir, il a fallu analyser la stratégie des acteurs concernés et voir comment leur implication serait possible pour une réelle application des recommandations énoncées

La pertinence des recommandations formulées et leur acceptation par tous les acteurs ont encouragé le PNUE et Enda à s’engager dans une seconde phase afin d’appuyer le Ministère de la pêche dans la mise en œuvre de mesures concrètes de gestion durable des ressources au Sénégal.

C’est dans ce cadre qu’a été mené le projet de mise en œuvre de gestion durable des ressources halieutiques au Sénégal, par les institutions partenaires précitées (PNUE, CRODT/ISRA) avec le Ministère de la pêche

Le projet de mise en oeuvre de mesures de gestion et de conservation durable des ressources halieutiques au Sénégal : septembre 2002 – septembre 2003


Ce projet avait pour objectifs :
- De favoriser la coordination et la coopération entre les organisations nationales indiquées travaillant dans le secteur de la pêche.
- Susciter la prise de conscience des décideurs et du secteur privé quant à l’application des recommandations stratégiques, notamment les instruments économiques servant à promouvoir une gestion durable des pêcheries.
- Aider à la compréhension des contraintes et des difficultés pour assurer la réussite de l’application des instruments économiques et identifier les moyens d’atteindre les résultats.
- Favoriser un consensus au sein des acteurs nationaux sur les approches permettant de gérer durablement les pêcheries. Des activités ont été entreprises afin d’initier la mise en œuvre de cette phase du projets. Il s’agit de :

La réunion du Comité de Pilotage du programme tenue le 20 septembre 2002 regroupant les différentes directions du Ministère de la Pêche, de l’Environnement, du commerce et les autres acteurs concernés.

Cette réunion avait pour objectif de définir les contours du programme en conformité avec le plan national d’action pour la pêche et de définir un plan de travail et une stratégie comprenant :
- Le passage en revue des recommandations issues de l’étude – pays en vue d’identifier celles qui sont applicables ;
- L’identification de la méthode et planification des actions pour l’application des mesures choisies. Détermination des entités responsables de l’application de chaque mesure, désignation des acteurs à impliquer, des ressources humaines et financières requises, planification des activités et des résultats escomptés.

Le 27 septembre 2003 s’est tenue un atelier de validation des mesures de gestion et de conservation durable des ressources halieutiques réunissant l’ensemble des acteurs concernés.

Cet atelier a regroupé une cinquantaine d’intervenants du secteur de la pêche au Sénégal. Les deux axes de travail ont été présentés aux participants sous la forme d’exposés successifs. A été également présenté, le plan d’action proposé pour atteindre les objectifs fixés pour les neuf mois de programmation prévus pour la réalisation de cette seconde phase.

Mise en œuvre du plan d’action issu de l’atelier de validation Les deux mesures figurant dans le plan d’action de ce projet consistent en une recherche complémentaire sur la réglementation de l’accès à la ressource pour la pêche artisanale et industrielle ainsi qu’à la mise en place d’un cadre de concertation sur la réglementation des pêches.

a. Recherche complémentaire pour la réglementation de l’accès à la ressource pour la pêche artisanale

b. Cadre de concertation sur la réglementation des pêches au Sénégal

Atelier national de restitution des résultats du projet tenu le 7 octobre 2003, avec la présence des représentants du PNUE des différents ministères concernés (pêche, commerce et environnement), des organisations professionnelles et Enda et les autres institutions précitées visant à valider les résultats du projet, le niveau des résultats atteints dans l’application des instruments économiques choisis et les contraintes rencontrées lors de sa mise en œuvre.

Programme Pêche, Commerce et Environnement en Afrique de l’Ouest (PCEAO), 2003-2005 Phase I


Pays concernés : Cap Vert, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Mauritanie et Sénégal.

Enda Prospectives Dialogues Politiques (Enda Diapol), le Programme marin ouest africain de WWF et plusieurs institutions nationales (INDP au Cap Vert, CIPA en Guinée-Bissau, CNSHB en Guinée, IMROP en Mauritanie et la Direction des Pêches en Gambie), avec l’appui de la Coopération hollandaise, a mis en place un programme intitulé « Pêche, Commerce et Environnement en Afrique de l’Ouest » : Politiques commerciales et durabilité économique, sociale et environnementale des secteurs halieutiques en Afrique de l’Ouest. L’objectif général du programme est de contribuer à l’émergence de politiques concertées des pêches dans la sous-région qui concilient, l’augmentation des revenus tirés des exportations, la gestion durable des ressources halieutiques et la sécurité alimentaire. Pour atteindre cet objectif, plusieurs activités ont été entreprises dans le cadre de la mise en œuvre de la première phase du programme PCEAO :

- Réalisation de six études nationales portant sur les impacts socio-économiques et environnementaux des politiques liées au commerce sur la gestion durable des ressources halieutiques
- Lancement de cadres de concertation entre plusieurs catégories d’acteurs au niveau de chaque pays,
- Organisation de rencontres régionales d’échanges de mise en commun et de concertation
- Mise en réseaux des acteurs de la pêche (centres de recherche, organisations professionnelles et ONG).

About Post Author

Leave a Reply

Copyright © 2016 | ENDA DIAPOL.