• +221 33 825 36 20
  • contact@endadiapol.org

L’ONG Jeunesse et Développement (JED), en collaboration avec Oasis Grow Bio intensive (OGB) et enda diapol a organisé un panel sur « La participation des Enfants et des jeunes dans le Processus du Changement Social ». Cette activité s’est déroulée dans le cadre du Forum Social Africain, tenu à Dakar du 15 au 19 octobre 2014 au CICES. Enda diapol qui est partenaire de JED dans la cadre de la mise en œuvre du projet « Participation Politique des Jeunes et des Femmes aux Elections Locales de 2014 au Sénégal » financé par Oxfam Novib, a été invitée à présenter une communication.

Trois sous thèmes ont été développés au cours des travaux. Tout d’abord, le sous thème sur : « Participation des enfants dans la gouvernance de l’éducation et la gouvernance locale » a été développé par le Doyen Ablaye Sène, ancien membre du Bureau mondial du scoutisme. Formateur de formateurs, il est en outre membre du Comité Directeur des Eclaireuses et Éclaireurs du Sénégal (EEDS). Ensuite, le second sous thème a porté sur : « Participation des jeunes et des enfants au développement local et communautaire ». Il a été introduit par le Commissaire général du scoutisme, M. Lamine Diawara. Enfin, le dernier sous thème relatif à « Participation politiques des jeunes : Instances de décision et vie politique » a été développé par M. Moussa Tall, coordonnateur du projet « Participation Politique des Jeunes et des Femmes aux Elections Locales de 2014 au Sénégal ».

Avant tout, M. Tall a défini les concepts «politique », « participation » et « jeunes ». Il est ensuite revenu sur les causes de la limitation de la participation politique des jeunes. Entre autres raisons, M. Tall a cité les déterminants socio-culturels et juridiques. Il a aussi évoqué l’organisation et le fonctionnement même de ces instances qui sont déterminés par les rapports sociaux de sexe, d’âge et qui subissent l’influence des dynamiques sociales et politiques. Le paneliste a rappelé en outre l’absence de moyens financiers pour mener des campagnes. Après avoir évoqué la perte de crédibilité des hommes politiques, incapables, une fois au pouvoir, de répondre aux aspirations du peuple, il a indiqué que ce manque criant de leadership fait que les jeunes n’ont plus de repères et n’arrivent pas à trouver un leader à qui s’identifier. Pour finir, il a évoqué le manque de formation, consécutive à la disparition progressive « des écoles des partis ». Enfin, il a terminé sa présentation en faisant des recommandations.

  • A l’endroit du Gouvernement, il suggère une plus grande intégration de l’éducation à la citoyenneté dans les programmes scolaires ; Le développement d’une politique hardie d’emploi pour lutter contre le chômage des jeunes et l’acceptation des candidatures indépendantes à toutes les élections. En outre, il recommande l’introduction, à l’image de la loi sur la parité hommes/femmes, une loi sur la présence d’un quota de jeunes dans les lois électorales.
  • Aux Partis Politiques, M. Tall suggère le renouvellement régulier des instances ; La mise en place de programme de formation continue des militants et la promotion régulière de jeunes compétents au niveau des instances décisionnelles.
  • A l’endroit des jeunes, le paneliste plaide pour un renforcement de leur participation à la gestion de la cité (action citoyenne au niveau communautaire) et aux différentes étapes du processus électoral. Il a invité les jeunes, une fois élus, à jouer leur rôle de vigie dans la gestion des affaires publiques.
  • Aux OSC, M. Tall qui coordonne le Consortium pour la Participation Politique des Jeunes et des Femmes (CPPJF) composé des d’ONG enda diapol, JED, AFARD, AKAD, CASADES et LA LUMIERE, recommande de poursuivre les actions en faveur de la participation politique des jeunes à travers des projets/programmes. Il les a encouragé à davantage initier des actions de plaidoyer et de lobbying en vue d’une plus grande intégration des jeunes dans les sphères de prise de décisions. Pour terminer, il leur suggère d’initier des programmes de Communication pour le Changement de Comportement pour améliorer la perception des populations sur la participation politique des jeunes.

Concluant sa communication, M. Tall dira que malgré de nombreuses déclarations faites à de multiples occasions sur la nécessité d’impliquer davantage tous les citoyens dans la gestion de la cité, la participation politique des jeunes dans les instances de décision reste limitée. Pour lui, cette participation est entravée par de nombreux obstacles. Aussi, pense-t-il qu’aujourd’hui, les décisions juridiques ne suffisent pas pour offrir aux jeunes l’accès aux instances de décision. Pour lui, d’autres enjeux sont en cause, comme le statut socioculturel des jeunes, le chômage et les usages des partis politiques, tout comme l’analphabétisme et la pauvreté.

About Post Author

Leave a Reply

Copyright © 2016 | ENDA DIAPOL.