• +221 33 825 36 20
  • contact@endadiapol.org

La transformation structurelle des économies dans les pays du Sud : de quoi parle-t-on ? » est le thème développé par le Statisticien-Economiste, Moubarak Lo. C’était lors du colloque-forum organisé le lundi 24 novembre 2014 en marge de l’Assemblée Générale Ordinaire du Réseau International end tiers monde. Une occasion pour M. Lo de donner son avis sur le sujet.

Plusieurs communications ont ponctuées les travaux. Après le mot de bienvenue de Moussa Mbaye, Secrétaire Exécutif d’end tiers monde, ce fut autour de l’économiste Moubarak Lo de présenter une communication sur « la transformation structurelle des économies dans les pays du Sud : de quoi parle-t-on ? » Citant Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission Economique pour l’Afrique, il dira que «l’Afrique a besoin de transformations structurelles et non d’ajustements structurels». Aussi, ajoutera-t-il qu’il faut trois conditions au décollage des pays africains.

Il s’agit d’abord de la hausse du taux d’investissement productif, passant par exemple de 15% à 30% du PIB. Ensuite, le développement d’un ou plusieurs secteurs manufacturiers, avec un fort rythme de croissance. Et enfin, de l’existence ou l’émergence rapide d’un système politique, social et institutionnel qui, en exploitant finement l’expansion initiale dans le secteur moderne et les potentiels effets externes économiques du décollage, arrive à donner à la croissance un caractère continu.

Faisant le lien entre transformation structurelle et construction d’une économie sociale et solidaire, M. Moubarak Lo estime qu’il est crucial de promouvoir l’inclusion de toutes les couches dans la dynamique de transformation structurelle. Ceci, à travers le renforcement de leurs capacités (alphabétisation universelle en 2020, formation qualifiante et vulgarisation); La protection sociale pour tous ; La modernisation des méthodes de production (agriculture familiale, artisanat), à travers la facilitation de l’accès aux outils et techniques; La diversification des activités au niveau rural (maraîchage) ; Le développement du micro-crédit; La mobilité (pistes de production et de désenclavement) ; Et l’accès aux marchés, dans une logique de commerce équitable.

About Post Author

Leave a Reply

Copyright © 2016 | ENDA DIAPOL.